L’académie française propose une traduction pour les acronymes «WTF et OMG»

Adversaires farouches des anglicismes barbares s’insinuant à travers les poreuses frontières numériques de l’hexagone, les « immortels » proposent régulièrement des traductions « bien françaises » aux vocables populaires venus des Etats-Unis. C’est ainsi que «QPJA» et «OMEAS» rejoindront la prochaine édition du dictionnaire académique de la langue française en tant que traductions respectives et officielles des célèbres «WTF» et «OMG».

« WTF » devient QPJA (« Quelle Partie de Jambes en l’Air ! »)

Proposé par Érik Orssena, l’acronyme QPJA est voué à remplacer le fameux WTF («What The Fuck»), exprimant un fort étonnement, teinté d’incrédulité. Signifiant littéralement « Quelle Partie de Jambes en l’Air ! », ce nouvel acronyme se veut plus gracieux mais tout autant chatoyant : « Il n’est pas nécessaire de recourir à la vulgarité pour exprimer l’étonnement. J’en veux pour preuve le truculent “Nom d’une pipe !” qui est malheureusement tombé en désuétude. Avec QPJA, nous nous adressons directement à la jeunesse, en prenant acte d’une locution fort répandue sur la toile d’une part mais en tâchant d’en conserver la signification originelle d’autre part; quoiqu’un peu édulcorée, je vous l’accorde» expliquait l’académicien au micro de France Culture.

L’exemple officiel qui figurera dans le dictionnaire se veut radicalement moderne, en harmonie avec son temps : «Tu as eu une meilleure note que moi malgré que t’as pas travaillé, QPJA !?! » (la faute de français, volontairement ajoutée par l’Académie, est ici pour « faire plus réaliste »).

«OMG» devient OMEAS (« Oh Mon Etre Abstrait Supérieur !»)

C’est Xavier Darcos, ancien ministre du gouvernement Fillon, aujourd’hui académicien, qui est à l’origine de la seconde traduction, celle du célèbre acronyme «OMG» («Oh My God»). Signifiant également l’étonnement, mais empreint d’une charge émotionnelle supérieure, le « OMG » est aussi plus empathique que le « WTF ».

« Personnellement, j’aurais préféré traduire mot-à-mot l’expression américaine, mais la posture laïque de la France m’en a empêché, d’où le recours à une idée plus générale d’un être supérieur abstrait qui peut être Dieu, Allah, ou qui vous voulez, ça s’adapte ! » déclarait fièrement M. Darcos à un confrère journaliste, en marge d’une conférence de presse.

Ces nouveaux acronymes seront-ils boudés par les jeunes francophones, comme bien des propositions de l’Académie Française ? IDK.