Le « lanceur de pitbull » est décédé des suites de ses morsures

Toulon – L’homme de 24 ans qui s’était filmé dimanche en train de propulser un chien de type Pitbull contre la façade de son immeuble est décédé lundi matin à l’hôpital universitaire de Toulon. Mordu à 58 reprises par le canidé, décrit par des témoins comme « très gros et très en colère », le jeune homme n’a rien pu faire.

Dans le quartier du Fort Rouge où il a grandi et où il vivait, il se faisait appeler “le killer”. De son vrai nom Léo Rasse, le jeune étudiant en licence d’Art du Spectacle n’était pas connu des services de police.

Un défi pour un « vrai mec »

D’après les premiers éléments de l’enquête, l’homme aurait emprunté le pitbull à l’une de ses connaissances, dans le but secret de tourner une vidéo de “lancer de pitbull”. Selon plusieurs témoignages concordants, Léo Rasse voulait « aller plus loin que le lanceur de chats » écroué la semaine dernière, dont la vidéo postée sur Internet le montrant en train de jeter un petit chat avait choqué des milliers d’internautes.

« Il disait que ce mec [le lanceur de chats, ndlr;] n’avait pas de couilles, que c’était lâche de s’en prendre à un animal aussi petit » témoigne Franck, qui n’imaginait pas que son ami “le killer” passerait à l’acte. « Il disait qu’un vrai mec s’en prendrait à un animal dangereux ». Dangereux, le pitbull peut l’être, surtout lorsqu’il se sent menacé.

La famille porte plainte

Filmée par son smartphone posé sur une boite à lettres, la terrible scène montre le jeune homme jeter avec fougue le pitbull qu’il avait emprunté pour la journée, avant que ce dernier, visiblement furieux, ne se retourne contre son lui. Une cellule psychologique a été ouverte pour la famille du jeune homme, ainsi que les quelques témoins ayant assisté à la scène, qualifiée par les enquêteurs « d’une extraordinaire violence ». Les proches du jeune toulonnais ont organisé une marche blanche via les réseaux sociaux pour la mémoire de leur courageux ami. La famille a par ailleurs fait savoir son intention de porter plainte contre l’homme qui a prêté le pitbull à leur fils.