Une association écologiste attaque « Norman fait des vidéos » en justice

En ligne de mire, la consommation d’électricité « équivalente à celle d’un réacteur nucléaire», générée par les millions de visionnages des vidéos du jeune web-humoriste. Une dépense d’énergie jugée « parfaitement inutile » par ces écologistes radicaux qui considèrent que l’apport culturel « quasi-nul » de Norman Thavaud ne peut justifier un tel « gaspillage de nos ressources ».

Spécialisé dans les opérations “coup de poing”, le groupuscule écologiste « Café Décroissant » n’en est pas à son coup d’essai. En 2010, l’association s’était fait connaître du grand public en forçant l’annulation de dizaines de “raves” sauvages, sous prétexte que la musique électronique perturbait l’activité “purificatrice” des vers de terre. Cette fois-ci, c’est à l’une des plus grandes figures du Web actuel qu’ils s’attaquent : le célèbre “youtubeur” Norman Thavaud, surtout connu pour sa chaîne YouTube “Norman fait des vidéos”.

« Monsieur Thavaud ne fait pas rire, tout au plus il fait sourire. Et un sourire, ça ne justifie pas de faire tourner une centrale nucléaire à plein régime » martèle Yvan Bernard, le président de l’association qui affirme que la totalité de l’énergie consommée par l’hébergement et le visionnage des vidéos de Norman Thavaud équivaut à celle d’un réacteur nucléaire en fin de vie, un type de réacteur particulièrement dangereux et parmi les plus polluants.

« Si nous parvenons à prouver que ladite consommation électrique, fort nuisible pour la planète, n’est pas compensée ipso facto par une contrepartie culturelle ou intellectuelle suffisante, nous ferons fermer cette chaîne manu militari » menaçait Maître Jean-Paul Stuppalacci, l’avocat de l’association Café Décroissant, lors d’un entretien téléphonique. « Nous ne sommes ni réfractaires à l’Internet, ni réactionnaires, la question n’est pas là. Par exemple nous estimons justifiée la présence sur YouTube de vidéos de chats, de chiens, et caetera, qui sont vecteurs d’ouverture des consciences sur la fragilité du monde animal qui nous entoure. Mais comme on dit : Aliis si licet, tibi non licet. N’est-ce pas ? ».

La fermeture d’une chaîne YouTube selon “des critères subjectifs” serait une première en France, mais pas en Europe, puisque la Suède a contraint Google il y a quelques semaine de retirer l’accès à une vidéo longue de 9 heures intitulée « Thirsty monkeys » (“singes assoiffés”), montrant un groupe de singes en train de s’enivrer, que les jeunes suédois utilisaient comme support lors de soirées alcoolisées dites “Monkey Challenge”.

Marion et Léa sont deux amies qui se disent “fans hardcore depuis le début” de la web-série de Norman mais même pour ces “accros”, l’argument écolo semble faire mouche : « Je ne pensais pas qu’en regardant les vidéos de Norman je faisais du mal à la planète » se désole Léa, immédiatement appuyée par Marion : « J’aime Norman, c’est sûr, mais j’aime aussi les phoques, les ours blancs, la banquise et les dauphins ! Si un ours meurt à chaque fois qu’on regarde une vidéo, je pense que notre devoir c’est d’arrêter ».

Le procès opposant Norman Thavaud à l’association Café Décroissant se tiendra au tribunal de grande instance de Bordeaux en février, pour un jugement définitif attendu début mars.