Une mobilité propre contribue t-elle à l’attractivité de la ville ?

Les pays aspirent à davantage de logements, en partie parce que la production de logements était à un niveau bas pendant la récession. Pendant ce temps, les entreprises de construction écrivent à nouveau des chiffres noirs et font des heures supplémentaires. En conséquence, le nombre de maisons dans les villes augmente rapidement et avec lui le nombre d’habitants. Qu’est-ce que cela signifie pour l’accessibilité d’une ville qui veut passer de 650 000 à 700 000 habitants dans dix ans ? On a demandé au stratège en matière de mobilité.

Le rôle  du stratège et la chose la plus importante à réaliser en matière de mobilité et de développement spatial au cours des cinq prochaines années

 La question de savoir comment la mobilité peut contribuer au développement de Rotterdam est ce qui  nous préoccupe en tant que stratège de la mobilité. Il faut que Rotterdam soit une ville saine et économiquement florissante, et  que beaucoup de gens y vivent. Pour cela, une bonne accessibilité est essentielle”.

Pour les cinq prochaines années, l’ objectif est de faire en sorte que la production de logements aille de pair avec les développements dans le domaine de la mobilité. Si votre population augmente de 50 000 habitants, le trafic augmentera également et vous aurez besoin de plus d’équipements tels que des vélos et des transports publics. Non, pas tant pour la voiture. Le soutien à ce sujet est en baisse. L’espace est limité et les gens veulent des transports plus silencieux et plus propres”.

Quels sont les principaux obstacles à la réalisation de cet objectif ?

“Pas tellement l’espace nécessaire pour construire de nouvelles pistes cyclables et des installations de transport public, même si vous le pensez. Le principal goulet d’étranglement est la coopération entre les parties concernées. Dans la phase de planification, par exemple, les promoteurs de projets pourraient réfléchir davantage aux formes de mobilité qu’ils offriront – pensez à la mobilité partielle – au lieu de simplement appliquer la norme de deux places de stationnement par ménage. Il faut également examiner avec NS, Prorail et RET si, par exemple il est possible de construire de nouvelles lignes ou des arrêts supplémentaires aux endroits où de nouvelles maisons sont construites. Il serait également souhaitable que les parties regardent au-delà de leur propre part de projets de développement urbain. Le pays a besoin de solutions bien réfléchies, intégrales et à l’épreuve du temps”.

Quelles sont les innovations et les solutions intelligentes que vous expérimentez ?

Une organisation exécutive qui crée un scooter électrique, propre et silencieux. Des pôles de mobilité intelligente ont également été créés où les gens peuvent rapidement changer de mode de transport. Par extension, il faut stimuler la mobilité partielle. Ce n’est pas si facile, d’ailleurs, parce que vous ne voulez pas inonder tout l’espace public avec des vélos partagés. Enfin, il faut se concentrer sur des transports plus propres, comme les bus électriques.

Comment pensez-vous que la mobilité et l’aménagement du territoire vont se développer au cours des dix prochaines années ?

Il faut penser à de nouvelles connexions bancaires. Il s’agit de projets de développement urbain à grande échelle, destinés à rendre certaines parties de la ville plus accessibles et plus attrayantes comme lieu de vie et/ou de travail. En outre, la mobilité devient plus propre et plus silencieuse. Les gens n’acceptent plus que la ville soit polluée par la circulation. La ville devient un lieu de vie plus sain.

Que vous manque-t-il encore  pour rendre possible la transition vers une mobilité et un aménagement du territoire intelligents et durables ?

“Paris est toujours une vraie ville automobile, même si beaucoup plus de gens ont commencé à faire du vélo ces dix dernières années. Mais il peut aussi être différent. Les gens trouvent une alternative à la voiture. En bref : l’utilisation de la voiture peut être réduite. Mais comment ?Aucune  solution n’est pas encore trouvée. Il s’agit également de soutien. Certains pensent que ce n’est pas nécessaire, d’autres que c’est bien, mais il y a aussi des gens qui disent : pourquoi n’avez-vous pas fait en sorte que la voiture soit complètement interdite ? Les fantômes n’étaient pas encore mûrs pour cela, mais peut-être à temps”.

Quels sont les partis qui prennent actuellement l’initiative dans ce domaine ?

Aujourd’hui, cependant, il existe de nombreuses initiatives de quartiers, des habitants qui prennent l’initiative de réduire le nombre de places de parking en échange de plus de verdure dans le quartier. Il faut offrir cet espace. Les grands employeurs peuvent également faire leur part. Une entreprise emploie plus de dix mille personnes. Il y a quelques années, les trois quarts d’entre eux venaient travailler en voiture. Une bonne enquête interne menée a montré que le personnel était prêt à voyager d’une autre manière. Cela montre que les grands employeurs peuvent démontrer leur valeur sociale dans le domaine de la mobilité.