Lustucru revendique la paternité de l’expression « Avoir le cul bordé de nouilles »

Longtemps restée mystérieuse, l’origine de cette drôle d’expression trouve enfin son explication. Surprise : c’est l’entreprise d’origine grenobloise « Lustucru » qui en détiendrait la paternité selon un descendant de son fondateur, Louis Cartier-Millon. Prêts pour une histoire qui épate ?

Tout commence par un défi

Nous sommes en 1872. Louis Cartier-Millon vient de racheter une petite usine grenobloise de pâtes alimentaires. Les débuts sont difficiles et les ventes peinent à décoller; A tel point qu’un dimanche soir de novembre, Louis, qui s’est considérablement endetté dans l’affaire, déprime. Pour lui remonter le moral, un ami qui passait la soirée avec l’entrepreneur lui fait une prédiction : « La semaine qui vient, Louis, tu vendras une tonne de pâtes ».

Sceptique et démoralisé, le fondateur de la célèbre marque estime la prophétie si improbable qu’il déroge à son austérité habituelle et promet « Si cela arrive, je veux bien me promener une semaine avec une nouille dans la culotte ! ». La semaine qui suit, la petite entreprise vend une tonne et demi de pâtes et Louis Cartier-millon, dont la droiture et l’honorabilité n’ont jamais été mises en défaut, honore son extravagante promesse.

1 pâte, 1 tonne, 1 chance

« Dans les mois qui suivirent, le petit jeu a continué entre Louis et son ami : à chaque tonne de pâtes vendue il ajoutait une nouille (le seule type de pâtes que Lustucru fabriquait à l’époque) dans son caleçon long » nous explique Jacques Cartier, l’un des descendants de l’illustre industriel. « Leur jeu s’est arrêté quelques mois plus tard, mais l’anecdote, elle, a survécu, associant la notion de « bonne fortune » au fait d’avoir beaucoup de pâtes collées au fesses ! En s’émancipant au-delà de la sphère Lustucru cependant, l’expression a conservé son sens mais perdu peu à peu l’explication de son origine ».

Il aura fallu attendre les travaux de thèse de Mee Goreng, chercheur grenoblois en Sciences du Langage,et la découverte d’archives et correspondances de l’époque pour que l’étrange expression livre finalement son secret. L’eusse-vous cru ?