La Lune : espace publicitaire dès 2017 ?

Un petit pas pour l’homme, un grand pas pour le marketing ? La société américaine « Mooney », récemment rachetée par le géant Coca-Cola Company, développe depuis 4 ans un laser ultra-puissant capable, depuis la terre, d’afficher un “pixel” sur la Lune. La start-up promet que l’utilisation synchrone de quelques centaines de ces lasers permettra dans un futur proche de projeter une image sur la Lune, visible simultanément par plusieurs milliards d’humains.

Voir le logo de sa marque affiché sur l’œil de la nuit : le rêve absolu de tout département marketing. C’est en tout cas l’avis du chargé de communication de l’entreprise Mooney : « Imaginez une surface de projection de 20 MILLIONS de kilomètres carrés. Imaginez 3 milliards d’êtres humains exposés à votre message, SIMULTANÉMENT. Imaginez le BUZZ ! Ceci ne sera bientôt plus un rêve, mais une réalité. Pour votre campagne publicitaire, Mooney vous offre LA LUNE ».

La Lune n’appartient à personne, donc à tout le monde

Le projet, qui scandalise et suscite critiques de toutes parts, est pourtant parfaitement légal. Contre toute attente, rien n’interdit dans les traités internationaux “d’éclairer un astre”. Seul l’Outer Space Treaty, un traité international signé par la plupart des grandes puissances mondiales, stipule que l’espace et les astres qu’il contient sont la propriété commune de l’humanité et qu’à ce titre, leur exploitation ne peut se faire que pour le bien de tous. Or pour les juristes de Coca-Cola, la société qui entend bien profiter en premier de cette technologie, « éclairer quelque-chose ne constitue en rien une exploitation. Le danger des lasers pour les yeux serait le seul argument recevable par un jury mais  à notre connaissance, il n’y a personne à éblouir sur la Lune ».

La face cachée d’un capitalisme sans limite

Alors que le produit n’est pas encore finalisé, que la date de lancement n’est pas connu, tout comme le prix des campagnes, les commandes affluent déjà. Mac Donald’s, BMW, Subway et de nombreuses autres grandes marques auraient déjà déposé leur dossier. Plus inquiétant, des sources confirment que des milliardaires privés projetteraient d’utiliser les services de Mooney à des fins personnelles. Des messages tels que “I love you Melinda”, “God hate fags” ou encore “Sarkozy 2017” auraient ainsi été pré-payés.

lunecoca