Pour épouser leur fille, il doit se convertir à Apple

Antibes, Alpes-Maritimes – C’est un contrat de mariage pour le moins inhabituel qu’on signé ce samedi Killiana et Benoît : Une des clauses stipule en effet que le jeune marié devra se cantonner exclusivement à l’utilisation de produits Apple sous peine de rupture immédiate du contrat. Par amour, cet ancien aficionado du système “Android” a dû se résigner, pour toujours. Reportage.

Pas d’iPhone, pas de mariage

Killiana est une élégante et jolie jeune fille de 28 ans, particulièrement attentive à son “style”, comme le sont d’ailleurs tous les membres de sa famille. A la tête de LA marque de vêtements pour félins Katicat© ayant pignon sur rue dans le sud de la France, la famille de Killiana prends très au sérieux l’apparence de ses membres, une « obligation vitale » dans le milieu très compétitif de la mode animale.

apple-wedding

« Nous ne voulons pas changer Benoît, il est très bien comme il est, mais le… style qu’il avait quand Kil’ nous l’a présenté constituait un danger pour notre image, et donc notre business. Nous devions nous assurer qu’il changerait, qu’il s’adapterait. D’où l’existence de ce contrat » explique Katiana, la mère de Killiana. Ainsi, le contrat de mariage qui lie légalement et surtout financièrement les époux, inclut une cinquantaine de clauses diverses et variées, telles que :

“22.1.B) Il a été convenu que la possession ou l’utilisation de souliers de la marque Crocs© par l’époux constitue un motif suffisant de dissolution du présent contrat.”

ou encore « 28.1.C) Le port de la banane abdominale entraînerait naturellement la dissolution immédiate du présent contrat. Si un tel cas se présentait, l’époux s’engage en outre par la présente à présenter des excuses publiques visant à disculper l’ensemble de la famille ###### »

Pour Benoît, le sacrifice en vaut la chandelle, même s’il admet volontiers que « ce n’est pas facile tous les jours ». Le jeune homme, d’origines modestes et de goûts simples, a dû se transformer pour séduire Killiana et sa famille. Une transformation qui lui a coûté ses propres amis et une large partie de son “ancienne” famille. Benoît a beaucoup de recul sur sa propre situation :

« Le plus dur c’est d’avoir quitté mon job de créatif dans le film d’animation, ça me manque. Aujourd’hui je dessine des vêtements… pour des chats. Bon, il y a pire vous savez. Certains n’ont même pas de travail. Et puis, à part mon allergie au chats, c’est un travail plutôt enviable qui en ferait rêver plus d’un. »

Quant aux produits Apple qu’il est forcé d’utiliser, Benoît reste philosophe : « Ça demande des sacrifices, mais c’est joli ».