Texas : Du Coca-Cola au robinet dans 160 000 foyers

Plus gros consommateur de sodas aux Etats-Unis (3,2 litres / jour / personne), le Texas passe à la vitesse supérieure en installant dans sa capitale un réseau sous-terrain de distribution de Coca-Cola auquel se connecterons immeubles et maisons individuelles. L’initiative, qui pourrait choquer en France où la consommation ne dépasse pas les 50 litres par personne et par an, est pourtant logique et rationnelle dans cet état où les habitants ingurgitent quotidiennement plus de Coca-Cola que d’eau.

3,2 milliards de dollars

« Le coût des travaux est intégralement pris en charge par Coca-Cola Company. Le contribuable texan ne paiera pas le moindre dollar de sa poche » a assuré Rick Perry, le gouverneur du Texas, lors d’une conférence de presse. Le coût des travaux pharaoniques requis pour alimenter en Coca-Cola la plupart des villes texanes est estimé à 3,2 milliards de dollars; Une somme que le géant mondial du soda compte amortir en deux ans seulement :

« Disposer d’une source infinie de Coca, dans le confort de sa maison, va profondément changer les habitudes. Pourquoi boire un bête verre d’eau lorsque le robinet d’à côté délivre une boisson fraîche et délicieuse ? Chaque nouveau logement construit à partir de juillet 2014 sera relié par défaut au City-Coke » se félicitait Georges Constanza, stratège et numéro deux de l’entreprise.

eau

L’utilisation du “Coca de ville” quant à elle ne sera pas gratuite : 750$ de “frais de raccordement” au réseau, 50$ d’abonnement mensuel, auxquels il faudra bien sûr ajouter la consommation (de l’ordre de 0.8$ / litre). Dans une première phase, 160 000 foyers devraient être reliés au City-Coke d’ici 2018.

Le système, en expérimentation depuis 2011 dans un quartier populaire d’Austin, fonctionne “à merveille” selon la responsable locale Elaine Benes : « Les gens sont ravis, ils adorent le City-Coke et le trouvent très pratique. Environ un tiers des habitants du quartier a choisi un abonnement “light” ou “zero”, les autres un abonnement “regular”. Les gens ne consomment pas beaucoup plus qu’avant, à part ceux qui utilisent notre système pour se doucher ! ».

La prévalence de l’obesité aux Etats-Unis, l’une des plus élevée au monde, s’élevait à près de 40% en 2008.