Un bouddhiste radical pince trois touristes dans un musée londonien

Le “drame” secoue la communauté bouddhiste mondiale, peu accoutumée à de tels accès de violence de la part de ses membres. Il est 13h30 ce mardi au British Museum lorsque Pahdkash Phoorlthram, membre de la cellule extrémiste « Radical Tolerance », pince “assez fort” trois touristes américains trop bruyant, à l’oreille et au cou. L’homme drapé d’orange aurait également infligé une « brûlure indienne » au bras d’un adolescent, également américain.

Méditation oui, préméditation non

Si l’affaire n’a pas été jugé grave ni par la police londonienne ni par la direction du musée, elle est prise extrêmement au sérieux par les hautes autorités bouddhistes pour qui cet acte, même non prémédité, « dégrade l’image de toute la communauté ».

« Le comportement de cet être n’est en rien représentatif du Bouddhisme et de ses valeurs. Afin de ré-harmoniser le vipaka de cet acte, nous avons proposé aux 4 américains un mois de purification tantrique au Yogokara de leur choix. Quant au Shravaka coupable, il devra recopier le Prajñaparamita, 1000 fois » a déclaré “Grand Éclairé”, le porte-parole du Bouddhisme en Grande-Bretagne.

Pahdkash Phoorlthram aurait été harcelé par les touristes américains lors d’une séance de méditation devant l’une des plus vielles statues de Bouddha, actuellement en exposition au musée londonien. Moqué, poussé, aspergé de soda et de bière pendant plusieurs heures, le moine aurait fini par perdre son sang froid, pinçant ses agresseurs hilares et visiblement éméchés.

« Je ne suis pas digne de ma religion »

« Je ne suis pas digne de ma religion. J’implore le pardon des êtres que j’ai agressé. Je mérite l’isolement pour le reste de ma vie » a déclaré le moine qui prévoit de rentrer en Inde, son pays d’origine.

Bannis à vie du British Museum, les touristes américains sont actuellement en France, où ils poursuivent leur périple européen. « Fuck him, fuck this Bouddha shit and fuck your gay museum » ont-ils déclaré aux employés du musée chargés de les raccompagner à l’extérieur.