Il s’engage publiquement à violer une villageoise d’ici la fin de l’année

FOUILLASSIER-SUR-BUECH, HAUTES-ALPES – Coup de bluff ou réalité ? Ce qui est certain c’est que la promesse officielle de Patrick Pouchon sème la panique dans ce petit village haut-alpin de 430 âmes, habituellement paisible. Afin de protester contre le texte de “pénalisation du client” entériné la semaine dernière par le parlement, qui selon lui va « détruire complètement la profession de prostituée », cet agriculteur de 44 ans a décidé de « se sacrifier ». Enquête.

Il avait réservé la salle des fêtes du village, collé des affiches, distribué des tracts et même invité quelques journalistes. En ce froid samedi de décembre, personne ne savait pourquoi Patrick Pouchon, un habitant déséquilibré psychologiquement mais connu et apprécié du village, les avait convoqué. La curiosité a rempli la salle. Seul sur l’estrade, avec son éternelle casquette et sa fameuse barbe, Patrick attend le silence.

A 44 ans, Patrick était le meilleur client de Brigitte, l’unique prostituée du village

« D’ici la fin de l’année, j’aurais violé l’une d’entre vous » a déclaré posément Patrick, en guise d’introduction à son discours. Quelques rires nerveux rompent le silence. Mais très vite, à l’attitude grave et déterminée de l’agriculteur, l’auditoire comprend que Patrick ne plaisante pas.

« La semaine prochaine, Brigitte quittera le village. Brigitte était la seule prostituée du village. J’avais recours à ses services. Beaucoup d’entre vous aussi, je le sais » affirme-t-il avec calme en observant tour à tour les homme de l’assistance, dont beaucoup détournent le regard. « Brigitte était pour ma clé de contact humaine, ma dosette de tendresse mais aussi une soupape nécessaire, une apaisante délivrance. Et bien moi, Patrick, je vais montrer à tous ces politiques déconnectés de la réalité que quand on enlève la soupape, la cocotte-minute finit par exploser ».

« Ca peut tomber sur n’importe qui ! »

« Ça sera peut-être Laurie, la ptite mimi de la boulangerie, ou Michelle la vilaine pharmacienne, je n’ai pas encore décidé. Mais ça peut tomber sur n’importe qui. Personne n’est à l’abri » menaçait-il, à l’issu de sa présentation.

Le lendemain de sa “conférence” Patrick aurait été agressé physiquement par plusieurs hommes du villages, qui n’avaient pas du tout apprécié ses menaces, potentiellement destinées à leur femme ou filles. Depuis, la tension reste palpable dans le village. Mis à part Michelle, la pharmacienne qui, soutenant le combat de Patrick s’est elle-même déclarée “candidate au viol”, les femmes du village vivent aujourd’hui dans la terreur d’une menace qui peut frapper à tout moment. Insupportable épée de Damoclès.

Même la justice ne peut rien faire

Interrogé par téléphone, le maire de Fouillassier-sur-Buëch a avoué son impuissance face à cet ultimatum : « Monsieur Pouchon ne s’est rendu coupable d’aucun acte répréhensible. Il ne peut être incarcéré préventivement comme beaucoup l’ont suggéré. Non je pense que le seul moyen de retrouver la paix dans le village serait que Madame Brigitte revienne, mais pour cela, la loi doit être abrogée et cela avant la fin de l’année ».