Prix du gaz en France : comment est-il calculé ?

La situation géopolitique actuelle fait craindre une forte hausse du prix du gaz en France et dans toute l’Europe. Particulièrement dépendants de la Russie pour se procurer cette ressource indispensable, nos pays se retrouvent sous la menace concrète d’une fermeture totale ou partielle des robinets, en représailles aux sanctions économiques mises en place suite à l’invasion de l’Ukraine. Au-delà de cet évènement indépendant de leur volonté, comment les fournisseurs d’énergie établissent-ils leurs tarifs ?

Bien choisir son fournisseur de gaz en 2022

En vous rendant sur un site comme choisir.com, vous pourrez comparer les différentes offres disponibles sur le marché et dénicher une formule adaptée à vos consommations. Depuis l’ouverture à la concurrence en 2007, un grand nombre d’acteur évoluent en effet dans le secteur de la fourniture de gaz naturel. Avant cette date, l’entreprise nationale GDF (devenue Engie suite à sa fusion avec Suez) avait le monopole. Les Français étaient forcés de se plier aux prix pratiqués par ce groupe. Aujourd’hui, les possibilités sont extrêmement variées. Même si les nouvelles sociétés sont soumises aux mêmes coûts qu’Engie pour acquérir la matière première acheminée depuis l’étranger, elles sont libres de réduire leurs marges et d’optimiser leur fonctionnement afin de faire baisser la facture finale.

Le parcours du gaz

De son lieu d’origine à la cuve de votre chaudière, le gaz naturel franchit une succession d’étapes. Ce dernier est apparu il y a des millions d’années grâce à des réactions chimiques complexes permises par la décomposition des algues. Des gisements sont présents dans plusieurs régions du monde, sous terre ou dans les profondeurs des océans. Les équipes chargées de sa collecte travaillent sur des plateformes sophistiquées à partir desquelles l’énergie tant convoitée est remontée, grâce à des tiges de forage, puis traitée afin d’être rendue propre à la consommation. Le produit obtenu, en majorité du méthane,, est finalement introduit dans des gazoducs qui parcourent des milliers de kilomètres, d’un bout à l’autre du globe, avant d’atteindre leur destination. Vous vous en doutez, cet immense réseau de distribution coûte très cher et chaque fournisseur d’énergie est tenu de payer sa part pour avoir l’autorisation de l’utiliser.

Liste des taxes et contributions imposées en France

L’autorité française qui gère le financement des réseaux de stockage et de distribution de gaz est la commission de régulation de l’énergie. Elle fixe un montant annuel, identique pour tous les fournisseurs. Cette contribution se décompose ainsi :

  • L’accès des Tiers aux Réseaux de Transport (ATRT) : rémunération des partenaires internationaux
  • L’accès des Tiers aux Réseaux de Distribution (ATRD) et l’Accès des Tiers aux Terminaux Méthaniers (ATTM) : rémunération des distributeurs nationaux.
  • L’Accès des Tiers au Stockage (ATS)

L’État a également mis en place trois grandes taxes qui viennent s’ajouter au dispositif précédent : la Taxe Intérieure sur la Consommation de Gaz Naturel (TICGN), la Contribution Tarifaire d’Acheminement (CTA) et la TVA, qui est répercutée sur ces deux prélèvements. La TICGN est un impôt basique collecté par l’État qui alimente le budget général. Elle s’élevait à 8,45 € par Mwh en 2019. La CTA permet quant à elle de financer le système de retraite des salariés du secteur de l’énergie.

Les dépenses annexes

En dehors de ses nombreuses contributions communes, les fournisseurs d’énergie sont régis par les mêmes obligations qu’une entreprise classique. Il leur est nécessaire de rémunérer leurs salariés, d’entretenir leurs locaux, de mener des campagnes de communication, etc. En faisant un effort pour minimiser l’un ou l’autre de ces volets, notamment en réduisant leur masse salariale à travers la création d’un service client un peu moins fourni, il leur est possible de diminuer le coût de revient du gaz. Ainsi, si votre facture vous semble démesurément élevée et que vous avez la sensation que l’augmentation liée à la crise actuelle est exorbitante, rien ne vous empêche de changer de prestataire. Prenez le temps de bien analyser les forces en présence et d’étudier les tarifs promis dans le détail. Certains abonnements peuvent paraître alléchants au premier regard mais posséder des conditions dissimulées problématiques dans la durée.

Opter pour un fournisseur d’énergie écoresponsable

EN parcourant le web en quête d’un nouveau fournisseur de gaz ou d’électricité, vous rencontrerez probablement des sociétés pleinement engagées dans la transition énergétique, notamment via la production de gaz vert. Il s’agit en fait d’une énergie propre et renouvelable obtenue grâce à la combustion de matières végétales ou d’ordures ménagères. En plus de leur impact écologique très positif, les installations de gaz vert, que l’on appelle également biométhane, ont l’avantage de créer des emplois locaux mais aussi de fournir des engrais biologiques aux agriculteurs. Un produit vertueux légèrement plus onéreux mais qui participe directement à la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Changer ses habitudes de consommation

Pour terminer, faire baisser le prix du gaz ne dépend pas uniquement du fournisseur en énergie. De petits gestes du quotidien relativement simples et indolores sont aisément applicables par les particuliers eux-mêmes pour payer moins cher à la fin du mois. Vous pouvez par exemple essayer de réduire de quelques degrés l’eau qui vous sert à faire la vaisselle ou à vous laver les mains. Il est d’autre part assez judicieux de baisser le chauffage pendant la nuit et de rajouter une couverture à la place afin de vous sentir tout aussi à l’aise pendant les nuits d’hiver. La réalisation de travaux de rénovation énergétique dans votre habitation, en vous aidant des différentes aides financières instaurées par l’État pour favoriser ce genre de projet, est une autre solution très efficace si vous cherchez à avoir une influence concrète sur votre facture d’énergie dans le. temps. Dans cette époque incertaine où les énergies fossiles commencent à manquer et où les alternatives tardent à émerger, il est crucial d’adopter des comportements plus responsables afin d’apprendre à consommer moins sans pour autant avoir l’impression de se priver outre mesure.