5 questions à se poser avant de créer son entreprise

Créer son entreprise est le rêve de beaucoup de français. Chaque année, nombreux sont ceux qui se lancent tête baissée dans un projet avant de se rendre compte qu’ils n’ont pas été suffisamment prévenant. La création d’une entreprise, de sa dénomination sociale au choix du statut juridique, est une succession d’étapes indispensables. Découvrez 5 questions essentielles qu’il faut se poser avant de se lancer.

1. Le projet de création d’entreprise est-il viable ?

Tout projet de création d’entreprise doit commencer par un business plan afin de s’assurer de sa viabilité. L’objectif est de savoir si le projet est réaliste. Pour cela, le business plan permet non seulement d’appréhender l’ensemble des facettes du projet, mais aussi de convaincre les partenaires. Les financeurs du projet, par exemple, sont des cibles potentielles de ce dossier de création d’entreprise. Celui-ci se compose généralement d’une sommaire, d’une présentation de l’équipe, d’une présentation générale et d’une présentation d’un point de vue financier, juridique et économique.

2. Quelle forme juridique choisir ?

La structure juridique de votre entreprise permet de définir le cadre légal en vigueur pour votre projet. Pour faire ce choix, vous devez prendre en compte un certain nombre d’éléments tels que la nature de votre activité, la présence ou non d’associés, le capital financier investi ou encore la possession d’un patrimoine personnel. Ainsi, il existe une multitude de formes de sociétés : entreprise individuelle, EURL (Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée), SARL (Société à Responsabilité Limitée), SAS (Société par Actions Simplifiées), SA (Société Anonyme)… Si vous souhaitez créer une entreprise seul, l’entreprise individuelle est faite pour vous. Dans le cas des autres statuts juridiques, il est nécessaire qu’il y ait au moins un associé.

Si l’entreprise individuelle ne nécessite aucun apport en capital, la SA exige un montant au moins équivalent à 37 000€. Si vous avez un patrimoine personnel que vous souhaitez protéger à tout prix, n’optez pas pour l’entreprise individuelle. En effet, si les autres statuts juridiques limitent votre responsabilité à vos apports, ce n’est pas le cas de l’entreprise individuelle.

3. Quel régime de d’imposition des bénéfices adopter ?

En créant votre entreprise, vous devez choisir un régime d’imposition des bénéfices. Pour prendre cette décision concernant votre régime de fiscalité, vous devez prendre en compte un certain nombre de critères. Par exemple, en optant pour une entreprise individuelle, vous serez imposé au titre de l’Impôt sur le Revenu. Mais si vous optez pour une EURL ou une EIRL, vous avez le choix de prendre une option pour l’Impôt sur les Sociétés (IS). Au contraire, dans le cadre d’une SARL, SAS, SNC ou SASU, le régime fiscal de base est l’Impôt sur les Sociétés, mais il est possible d’opter pour l’Impôt sur le Revenu pendant 5 ans. En fonction de votre choix, vous paierez plus ou moins d’impôts. Choisissez attentivement votre régime fiscal afin de ne pas vous retrouver en difficulté financière.

4. Les moyens humains, financiers et techniques sont-ils suffisants ?

Avant de vous lancer dans la création de votre entreprise, vous devez identifier l’ensemble des moyens humains, financiers et techniques nécessaires. Mettez en place un plan de financement et de trésorerie, évaluez vos besoins humains, réfléchissez aux compétences nécessaires pour mener votre activité à bien. Ne laissez rien au hasard. Si vous n’anticipez pas suffisamment ces éléments, vous risquez de devoir précipitamment mettre la clé sous la porte.

5. Où domicilier l’entreprise ?

Le choix du siège social de l’entreprise ne doit pas être pris à la légère. En effet, il représente la domiciliation fiscale de votre entreprise. C’est une démarche obligatoire qui permet d’obtenir son immatriculation au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS). Pour cela, vous pouvez choisir de domicilier votre entreprise chez vous, ou bien faire appel à une société de domiciliation. Vous avez également la possibilité de recourir à une pépinière d’entreprise. Enfin, beaucoup choisissent de domicilier leur entreprise dans un local qui leur est propre. Si vous hésitez quant à l’option qu’il faut choisir, vous pouvez demander de l’aide à la Chambre de Commerce et de l’Industrie (CCI).

Pour chaque option, il existe des avantages et des inconvénients. Par exemple, si le fait de domicilier son entreprise à son adresse personnelle permet de faire l’économie d’un local d’activité, cela entraîne la disparition de toute barrière entre vie privée et vie professionnelle. En effet, il est important de faire en sorte que son activité professionnelle ne prenne pas le dessus sur sa vie privée.