Restauration : La viande de chat sera bientôt officiellement interdite en France

Voilà une décision qui va faire ronronner les associations de défense des consommateurs. Il aura fallu attendre la mi-août, mais l’InVS, l’institut de veille sanitaire, a finalement tranché. Après plus de 20 ans de tergiversations et de flou juridique, l’organisation vient de classer la consommation de  viande de chat dans la classe D : « Susceptible d’entraîner un danger pour l’homme ou l’animal », sans toutefois préciser lequel des deux protagonistes est effectivement en danger.

Mis à part les races protégées Angora et Munchkin, la consommation de viandes de chat n’était pas officiellement interdite en France. A l’instar du cannabis, un vide juridique autorisait la détention de viande de chat tout en interdisant sa commercialisation. La comparaison ne s’arrête pas là puisque, tout comme le cannabis, la viande de chat pourrait, selon le mode de préparation, présenter des caractéristiques psychotropes. Il semblerait d’après cette source que ce soit l’urine du félin qui contienne des composants psycho-actifs.

Quelle réaction du côté des restaurateurs ? Interrogé par le Courrier Des Echos, Phuong Nguyen, propriétaire du restaurant Vietnamien King Mékong à Paris, est exaspéré : « Pourquoi vous me demandez ça à moi et pas à la brasserie d’à côté ? Nous en avons assez des caricatures et des clichés sur les restaurants asiatiques. Je n’ai jamais touché à un poil de chat Angora ou Munchkin et jamais un client ne s’est plaint, alors foutez-nous la paix maintenant ».

Ayant enfin gagné leur combat, les associations de défense des consommateurs vont pouvoir se tourner vers de nouveaux combats. Pauline Labûche, experte en communication pour l’UFC Que Choisir a déjà sa petite idée : « La viande de chat n’est pas la seule viande que les gens consomment sans le savoir… Le proverbe “à bon chat bon rat” s’applique malheureusement aussi dans la restauration…».