L’OMS expérimente les messages sarcastiques sur les paquets de cigarettes

Quelques semaines seulement après avoir publié un rapport constatant l’efficacité des messages dissuasifs sur les paquets de cigarettes, l’Organisation Mondiale pour la Santé souhaite aller plus loin et annonce ce mercredi avoir démarré une expérimentation mondiale dont la finalité est de mesurer l’incidence « de messages alternatifs ». Explications.

Dans un communiqué, l’organisation sanitaire reconnaît l’efficacité globale des messages de prévention sur les paquets de cigarettes au niveau mondial, tout en nuançant ces résultats : «Nos études statistiques indiquent que 70% de la population mondiale est sensible au messages directs, culpabilisants, rédigés au premier degré. Pour les 30% restants, cette approche est inefficace et un angle psychologique différent est préconisé » peut-on lire en introduction du communiqué.

Ainsi, pour certaines zones, généralement urbaines et fortement développées, l’OMS préconise une approche radicalement opposée qui consiste à « se moquer du fumeur, en tournant en dérision les arguments pro-cigarette les plus fréquents et les plus fallacieux ». C’est ainsi que dans 22 villes, dispersées aux quatre coin du monde, a commencé une expérimentation visant à comparer l’efficacité respective des messages « premier degré » et des messages alternatifs, tels que « Faut bien mourir de quelque-chose » ou encore « Je suis comme le saumon : meilleur fumé ». L’efficacité sera-t-elle au rendez-vous ? En tout cas, il semble que les “créatifs” de l’OMS n’aient pas filtré leurs idées.