Nodule thyroïdien : Le traitement thermique par sonde comme alternative à la chirurgie

Il est estimé qu’environ un tiers des Allemands ont un ganglion thyroïdien. Une fois qu’ils ont atteint une certaine taille et qu’ils affectent la déglutition ou influencent l’équilibre hormonal de la glande thyroïde, un traitement doit être administré.

Méthode peu invasive, à faible risque et douce

À partir de 60 ans, elle touche même environ une personne sur deux. Ces ganglions n’affectent pas toujours le patient. En plus des formes de thérapie standard comme la chirurgie, le traitement thermique local par sonde est récemment devenu disponible. Cette ablation dite par radiofréquence s’est maintenant révélée efficace, douce et peu risquée. Il s’agit donc d’une bonne alternative à la chirurgie pour certains des nodules nécessitant un traitement, souligne l’Association professionnelle des médecins allemands de médecine nucléaire. (BDN).

Les petits nodules thyroïdiens provoquent rarement une gêne. De nombreuses personnes affectées vivent pendant des décennies sans problèmes avec ces modifications tissulaires. “Souvent, les patients ne remarquent leurs ganglions que lorsqu’ils deviennent très gros ou lorsqu’ils affectent la fonction de l’organe. “Les patients viennent alors chez le médecin avec des difficultés de déglutition, une arythmie cardiaque ou des troubles du sommeil, par exemple, ou remarquent des changements optiques, le soi-disant goitre du cou. Dans ce cas, un traitement doit être administré. En effet, les hormones thyroïdiennes sont très importantes dans presque tous les systèmes organiques : elles influencent la digestion, le sommeil, le psychisme ainsi que le cœur et le métabolisme. Les troubles entraînent rapidement des maladies secondaires et une perte de qualité de vie.

Outre les médicaments, la chirurgie de la thyroïde et la thérapie à l’iode radioactif, les patients présentant des nodules bénins peuvent désormais être traités par ablation par radiofréquence (RFA) en Allemagne. Après une anesthésie locale, le médecin insère une sonde aussi épaisse qu’une aiguille à tricoter dans le nœud à l’aide d’ultrasons. La sonde génère une chaleur d’environ 60 à 90 degrés, qui provoque la mort des cellules. Le reste des tissus environnants reste intact, le site de ponction ne laisse pas de cicatrice. Des spécialistes pratiquent l’intervention dans le cadre de soins de jour, parfois aussi en ambulatoire.

Un diagnostic complet avant le traitement

“Cette nouvelle méthode peu risquée et peu invasive a été prouvée dans de nombreuses études internationales et est particulièrement recommandée pour les patients présentant des nodules froids et des modifications kystiques de la thyroïde”, explique Moka. Le scintigramme indique clairement si un nœud froid est présent. “Les patients qui ont déjà subi une opération ou les patients à haut risque qui ne sont pas censés subir d’opération bénéficient également de l’appel de demandes”

En Allemagne, la chirurgie de la thyroïde est quatre à six fois plus fréquente que dans les autres pays occidentaux. Cela entraîne parfois des risques inutiles qui peuvent survenir lors d’une opération ou d’un traitement hormonal substitutif permanent”. Cela peut souvent être évité par une thérapie locale ciblée du nœud. “Toutefois, chez les patients dont la glande thyroïde comprime déjà les organes adjacents tels que la trachée ou l’œsophage ou chez lesquels on soupçonne que les nodules sont malins, la chirurgie devrait toujours être la thérapie de choix”, souligne l’expert de la thyroïde.

Il est conseillé aux personnes concernées de s’adresser à des centres interdisciplinaires de la thyroïde ou à des spécialistes de la médecine nucléaire spécialisés dans les maladies de la thyroïde, conseille le président du BDN. “Il est important que le patient reçoive un diagnostic complet et ensuite une thérapie individuelle adaptée à ses besoins”, explique Moka. Le spécialiste en médecine nucléaire d’Essen souligne que des méthodes plus douces comme l’ACR ou la thérapie à l’iode radioactif devraient également être envisagées avant une opération. La RFA n’est actuellement proposée que par quelques centres en Allemagne. Elle est généralement financée par les compagnies d’assurance maladie privées et publiques, car une opération est généralement plus coûteuse.