Risques de crise cardiaque chez les patients souffrant de polyarthrite rhumatoïde.

Risques de crise cardiaque chez les patients souffrant de polyarthrite rhumatoïde

Publié le : 02 novembre 20235 mins de lecture

Selon une étude danoise, les personnes souffrant de polyarthrite rhumatoïde ont un risque accru de crise cardiaque. Notamment, si elles font trop peu d’exercice. Un programme développé au Danemark montre qu’après une formation de motivation et de courts messages réguliers via le smartphone, les personnes concernées passent moins de leur temps assis.

La technologie, outil d’aide dans la thérapie des rhumatismes

L’exercice physique peut contribuer de manière importante à réduire le risque d’attaque cardiaque chez les personnes souffrant de polyarthrite rhumatoïde. Il permet également à maintenir la mobilité des articulations malades. C’est pourquoi, il est recommandé aux patients atteints de polyarthrite rhumatoïde de faire suffisamment d’exercice. Mais dans quelle mesure cela peut être discuté avec le rhumatologue traitant.

Dans le même thème : Polyarthrite rhumatoïde : les tests génétiques permettent de prédire la réponse à la thérapie

La raideur et les douleurs des articulations démotivent les patients

Les études montrent que la plupart des personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde inflammatoire passent la majeure partie de leur journée en position assise. La raideur matinale et les douleurs articulaires changeantes démotivent la plupart des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde. Et même si les symptômes peuvent aujourd’hui être bien contrôlés avec des médicaments, de nombreux patients pensent qu’ils doivent ménager leurs articulations. Ainsi, ils a été constaté que de nombreux malades passent neuf heures sur dix de la journée en position assise.

À découvrir également : Les bons gènes sont-ils immunisants pour la maladie d'Alzheimer ?

La formation devrait encourager les patients à faire plus d’exercice d’articulations

Les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde ont un risque sensiblement accru de maladie cardiovasculaire. Et selon l’étude danoise, le risque de subir une crise cardiaque à l’âge moyen était nettement plus élevé, surtout pour les jeunes femmes. Au cours d’une formation pour encourager les patients, les rhumatologues du Rigshospitalet Glostrup, près de Copenhague, ont donc mis au point, que les souffrant de polyarthrite rhumatoïde doivent se lever, et plus souvent, de leur chaise ou de leur fauteuil. Et lors de trois entretiens avec eux, les infirmières, formées dans cette formation à la motivation, ont également conseillé les patients, à ce sujet. Tout d’abord, les entraîneurs ont sensibilisé les malades aux risques du manque d’exercice des articulations, parce que plusieurs d’entre eux n’étaient pas conscientes de ces risques. Ensuite, les infirmières ont travaillé avec chaque patient pour explorer les possibilités de mouvement dans leur vie quotidienne. Il peut s’agir au départ de petites choses, comme ne pas utiliser la télécommande en regardant la télévision. Les aides-soignants ont également examiné avec les patients les activités qu’elles peuvent effectuer en position assise et en position debout. L’objectif était de réduire, au maximum possible, la durée totale des activités sédentaires par des pauses régulières pour se tenir debout et marcher.

Dans une étude publiée, comme dans la revue Annals of the Rheumatic Diseases, par rapport à un groupe de contrôle, l’équipe a pu minimiser de plus de 2hrs par jour, le temps d’assise des patients formés. Et selon toujours le professeur Lorenz, le succès des interventions pourrait également être dû aux courts messages SMS qui rappelaient aux patients, une fois par jour, pendant la semaine, l’importance de l’exercice physique pour eux.

Une meilleure qualité de vie grâce à la formation

Dans l’étude, l’activité physique a également apporté une contribution importante au traitement de la polyarthrite rhumatoïde. Cela, contrairement à ce que les patients soupçonnaient. La douleur des articulations et la fatigue se sont davantage améliorées dans le groupe d’intervention, tout comme la qualité de vie et les fonctions physiques.

Les personnes souffrant de polyarthrite rhumatoïde ont la possibilité de faire quelque chose pour leur mouvement. L’association d’entraide a développé, à cet effet, en collaboration avec des physiothérapeutes, un entraînement spécial pour le mouvement des articulations : c’est l’entraînement dit fonctionnel. De plus, il est proposé avec succès depuis de nombreuses années. Les exercices spéciaux servent à maintenir les articulations malades en mouvement, pour améliorer le mouvement lui-même et afin d’aider les patients à faire face à la maladie. L’entraînement fonctionnel est dispensé par des physiothérapeutes. Il se déroule en eau chaude ou en gymnastique sèche. Et il est à souligner que la Ligue allemande contre les rhumatismes organise la formation fonctionnelle sur place.

Il s’agit, en fait, d’une prestation complémentaire légalement reconnue, pour la réadaptation des personnes souffrant de polyarthrite rhumatoïde. Donc, si elle est médicalement nécessaire, elle est remboursée par l’assurance maladie ou l’assurance retraite, ou encore par un établissement de réadaptation, si elle est prescrite.

Plan du site