Vers un service de réservation en ligne obligatoire pour l’accès aux urgences

Attente, confusion, chaos : voilà le triste portrait que présentent souvent les urgences françaises aujourd’hui. Une situation jugée « indigne et inadmissible » par la Ministre des Affaires Sociales et de la Santé Marisol Touraine, qui dévoile aujourd’hui un ambitieux projet de réforme, qui risque bien de bouleverser le concept même « d’urgence ».

Des «photos de son bobo» pour faciliter son admission

Un site internet, une application mobile, un « digicode personnalisé » et un ordre d’attente : voici les principaux ingrédients qui rentrent dans l’élaboration de la réforme des services d’urgences. L’idée : rendre obligatoire la réservation en ligne pour toute admission aux urgences. Par le biais d’une application mobile (ou d’un site internet), le patient aura la possibilité de s’inscrire sur la file d’attente des urgences de l’hôpital le plus proche. De plus, l’application mobile obligera ce dernier à photographier sa pathologie, ce qui permettra au personnel de l’hôpital d’anticiper les besoins spécifiques en matériel médical ainsi que de placer le patient au rang le plus juste dans la file d’attente.

Un code pour accéder aux urgences

Autre nouveauté, le digicode personnalisé qui permettra un contrôle d’accès cohérent et automatisé dans ces services caractérisés aujourd’hui par le désordre et l’anarchie. Grâce à ce système, les portes des urgences seraient fermées à toute personne n’ayant pas effectué sa réservation sur Internet. Contactée par le « Courrier des Echos », Corinne est IAO (Infirmière d’Accueil et d’Orientation) au CHU de Bordeaux et confirme cet état de faits :

« Les urgences, c’est la confusion absolue ! Les patients rentrent dans le service comme dans un moulin, l’ambiance est électrique et le personnel doit faire régner la loi en permanence, il y a parfois des agressions du personnel médical. Il faut une réforme, nous en avons un besoin vital, c’est une urgence [rire], il faut rétablir le calme, l’ordre et l’organisation dont nous avons besoin pour bien travailler ».

Suivre le dossier patient… sur les réseaux sociaux

Si certains observateurs réactionnaires crient déjà au scandale, dénonçant entre autres l’obligation de posséder et transporter un “smartphone” pour pouvoir rentrer aux urgences, l’idée même de la réforme semble bénéficier d’un accueil très positif, à droite comme à gauche. En particulier, l’un des aspects les plus plébiscité de la futur application mobile est sa capacité à publier automatiquement sur les réseaux sociaux les détails, photographies et informations de suivi de l’urgence, permettant ainsi aux proches de la victime de suivre son état, en temps réel.